FDJ : Actions !

Un investissement sûr

Le 7 novembre nous pourrons acquérir des actions de la FDJ. Lorsqu’il s’agit de jeu d’argent, à la fin, c’est toujours le casino qui gagne, alors pourquoi ne pas en devenir co-propriétaire quand l’occasion se présente ?

Lorsqu’on achète des action à la bourse, il y a toujours une part de risque. C’est la raison pour laquelle les investisseurs sont rémunérés. Mais dans le cas de la FDJ, c’est un placement de bon père de famille qui devrait rapporter 3,5% de dividende par an. Ce n’est pas une start-up à haut-risque qui peut t’enrichir ou te ruiner du jour ou lendemain. C’est une valeur sure qui détient un monopole sur les jeux de grattage pour 25 ans. Ce qui signifie que pendant au moins 24 ans, la valeur du titre FDJ va monter tranquillement mais surement.

Le cadeau de Manu

Si l’Etat propose aux citoyens de devenir actionnaires de la FDJ, ce n’est ni par charité, ni pour la raison officielle d’un besoin impérieux de liquidité pour des investissements. La BCE infligeant des taux négatifs aux préteurs, il est certain que la France pourrait se financer tous les investissements qu’elle veut tout en ayant moins à rembourser qu’elle n’a emprunté. Alors pourquoi ? Pour nous la ressortir durant la campagne de ré-élection. Emmanuel nous dira : “Nous avons redonné du pouvoir d’achat aux Français. Nous leur avons permis d’entrer dans le capital de la FDJ. Nous avons pu faire preuve de pédagogie en initiant ainsi les Français à l’investissement économique et à ce monde parfois un peu complexe de la bourse. Aujourd’hui, beaucoup de Français ont pu voir ainsi leur capital prendre de la valeur. Ce que nous avons fait, c’est démontrer aux Français que si tout le monde s’y met ensemble, si nous croyons dans nos entreprises et que nous misons sur elle, alors nous pouvons accroitre le niveau de vie des Français.”

Et il aura raison. C’est un magnifique cadeau pour celles et ceux qui peuvent en profiter.

Et si le cours de l’action baissait ?

Oui, il se peut que le cours de l’action baisse une fois la période de vente au prix de base écoulée. Pourquoi ? Parce que, parfois à la bourse, une fois que tous les acheteurs potentiels ont acheté, il n’y a plus d’acheteurs, seulement des vendeurs. Et parfois, le marché en manque d’acheteurs fait baisser légèrement le cours, ce qui parfois induit un mouvement de panique vers la vente qui se propage chez les porteurs, impliquant une réaction en chaine qui dévalue artificiellement le cours du titre. C’est ce qui s’est passé pour Facebook à son entrée en bourse. Aujourd’hui, celles et ceux qui n’ont pas vendu sont heureux. C’est pourquoi, mon conseil en cas où ce phénomène se produit : tenez bon, ne vendez pas, maintenez votre position et attendez que la vague d’hystériques passe.

Mais comment fait-on concrètement pour en acheter ?

Tu vas voir ta banque, tu demandes un PEA (Plan d’Epargne en actions) et tu dis que tu souhaites passer un ordre d’achat d’un  montant de (ce que tu souhaites) pour les actions FDJ (qui devraient côter un peu moins de 20€ l’unité selon les dernières estimations)

Et en bonus…

Pour l’achat de 10 actions, Bruno Lemaire t’en ajoute une gratuite, elle n’est pas belle la vie ?

Et ce n’est pas tout, si vous gardez vos actions pendant 18 mois, Bruno promet une remise de 2% sur le prix du titre. C’est aussi fort que le télé-achat non ? Peut-être même que ça se passera là pour la prochaine privatisation. En tout cas je trouve que notre Ministre de l’économie aurait tout à fait sa place sur un canapé au côté de Marie-Ange Nardi. (Je rigole Bruno, arrête de bouder).

LGM1 break Business